Fotolia_23536233_XS_cNe vous est-il jamais arrivé de déboucher un flacon dans d'autres circonstances que celle de l'achat, ou en tout cas de la première dégustation, et d'avoir eu l'impression qu'il ne s'agissait pas du même vin ?

Ce phénomène tout à fait courant justifierait presque que l'on prélève une des six bouteilles d'une caisse de douze, destinées à la détermination de l'apogé (les six autres étant consacrées à être bues à l'apogé donc... beaucoup plus vite), pour la réserver à une contre-dégustation immédiate après l'achat.

Plusieurs phénomènes ont, en effet, une influence majeure sur une dégustation (surtout lorsqu'il s'agit de découvrir un vin ou une cuvée), en particulier la succession des mets, l'ambiance ou le lieu.

La gestion des plats et des vins servis durant un repas est fondamentale. Après les poissons ou foies gras flanqués de leurs blancs secs ou moelleux, vous servirez donc une tasse de... consommé afin que les palais soient de nouveaux bien nets avant d'attaquer les rouges de légende que vous aurez choisis pour accompagner les ortollans et leurs pommes soufflées.

A l'opposé, un vin fortement goûtu et rêche peut se révéler être un fort agréable convive supplémentaire si l'on est en joyeuse compagnie et au contraire être perçu comme la plus infâme des piquettes si l'on tente de le boire dans des conditions parfaites de dégustation.

Enfin, lors d'une rencontre chez un vigneron ou un caviste, ne pas hésiter à sortir du chai, de la cave ou de la boutique (en ayant préalablement prévenu le patron, ce qui vous évitera d'être fiché par Interpol) pour fuir les odeurs parasites de bois ou de mou qui peuvent améliorer la perception du vin de façon artificielle. Certains endroits sont aussi... parfumés à la vanille! toujours dans le but d'ajouter quelques notes aux arômes du vin que l'on est en train de déguster... c'est du vécu!

Alors n'oubliez pas, un vin se déguste en plusieurs fois, en plusieurs lieux et avec des convives différents à chaque fois!